symptôme fausse couche

Tout savoir sur les fausses couches

Les fausses couches sont des incidents malheureusement assez fréquents. Il s’agit d’une expérience traumatisante physiquement et psychologiquement. Existe-il certaines habitudes ou antécédent familiaux qui favoriseraient les fausses couches ? Quels sont les symptômes et les signes annonciateurs ? Et pourquoi certaines femmes font des fausses couches à répétition ?

symptôme fausse couche

La fausse couche, qu’est-ce ? C’est l’expulsion du fœtus hors de l’utérus alors qu’il ne peut survivre seul. On parle d’avortement spontané jusqu’au 6e mois de grossesse, au-delà c’est un accouchement prématuré ou mort fœtale. Les fausses-couches sont la cause la plus courante, entrainant le décès du bébé pendant une grossesse. Les risques sont plus importants surtout dans les premiers mois. On estime qu’à partir du 3e mois, le risque de fausse couche diminue : c’est pourquoi on choisit souvent ce moment là pour annoncer la grossesse à ses proches.

Les causes de la fausse couche

Les fausses couches sont provoquées à 80% par une anomalie sévère des chromosomes. Sinon, dans la majorité des cas, il s’agit d’un défaut de l’œuf dû à une mauvaise qualité ou non fécondé (seul le placenta se développe). Autres raisons : la cigarette, la drogue, l’obésité, les infections (urinaires, vagin, grippe, toxoplasmose, listériose, rubéole…), déséquilibre hormonal, arrêt de la croissance de l’utérus, choc physique (accident de voiture…) ou psychologique (décès d’un proche…).

Parfois il s’agit simplement de la prise de certains médicaments ou de malnutrition. Cependant il existe des causes « permanentes », c’est-à-dire une forte probabilité de fausse couche à répétition, puisqu’il ne s’agit pas de mauvaises habitudes ou d’une maladie momentanée. C’est le cas de certaines prédispositions héréditaires, de maladies rénales, des malformations de l’utérus… Généralement, il suffit de faire une intervention chirurgicale pour régler ces problèmes. Enfin, l’âge de la mère est à prendre en compte.

En effet, au-delà de 40 ans, le risque est plus élevé (2 fois plus important pour une femme de 35 ans).

Symptômes de la fausse couche

Les signes qui annoncent une fausse couche sont en principe des douleurs dans le bas ventre et des saignements abondants (parfois du liquide amniotique pour les fausses couches les plus tardives). Dans tous les cas, lors d’une grossesse, s’il y a des pertes de sang abondantes il faut immédiatement consulter un médecin. Lui seul pourra en déterminer la cause. Soit les examens (échographie, prise de sang…) écartent le risque de fausse couche et tout va bien, soit ils confirment l’interruption de grossesse. Dans ce cas là, il faut attendre l’expulsion naturelle de l’œuf (l’intervention chirurgicale n’est pas systématique). Après il faudra faire une échographie afin de vérifier s’il ne reste plus rien dans l’utérus.

Les cas les plus durs de fausses couches sont les enfants mort-nés, c’est-à-dire avec un développement complet. Le décès a lieu avant ou pendant l’accouchement souvent par asphyxie avec le cordon ombilical. Il n’y a pas de prédisposition à cet incident, sauf avec la cigarette, la drogue ou une trop forte pression artérielle.

On parle de fausses couches à répétition à partir 3 avortements spontanés avec le même partenaire. Elles concernent 1,5% des femmes. Les causes principales sont une malformation de l’utérus (qui peut être opérée), une endométrite, un polype…Il se peut qu’il y ait également une insuffisance ovarienne. Dans ce cas, il faut faire une prise de sang pour déterminer le dosage d’AMH. Enfin il faut vérifier avec un spermogramme la qualité du sperme du conjoint.

Après une fausse couche, la dépression est fréquente. L’attente longue de voir naître ce petit être se brise subitement et violemment. Il faut réussir à faire le deuil de cette terrible expérience. Parfois la mère a de la culpabilité. Dans ce cas là, le compagnon joue un rôle important. Le couple est traumatisé par une nouvelle grossesse. Il ne faut pas hésiter à en parler autour de soi, à sa famille, ses amis, à des spécialistes. Un psychologue peut vous apporter son aide. Il ne faut surtout pas rester seul.

Lisez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *