Lorsque la femme est enceinte

Lorsque la femme est enceinte, elle sait qu’elle va porter un enfant. C’est le début d’une grande aventure dont elle n’a pas forcément conscience tout de suite car les signe de sa transformation physique en cours sont très discrets lors des premières semaines.

Cette transformation est un vrai bouleversement général, tant sur le plan physique (interne et externe) que psychologique. En fait, elle a l’idée qu’elle porte en elle une nouvelle vie sans vraiment le réaliser. Pour le réaliser, c’est à dire donner réalité à cette idée il va falloir patienter…le temps qu’il faut.

Ce temps est variable pour chaque femme. Il varie en fonction de sa capacité à accepter cet engagement, à accepter que son corps se transforme, à accepter de devenir mère à son tour. Alors elle va pouvoir être à l’affût du moindre signe de transformation pour s’approprier ce grand changement qui s’opère en elle et ainsi mieux l’intégrer. Il peut arriver qu’une grossesse s’accompagne de “signes” désagréables voire alertant, on peut penser que l’inconscient exprime là les messages d’alerte de la femme qui n’est peut être pas tout à fait complètement partie prenante de cette aventure qui se joue en elle, et qu’elle ne peut pas maîtriser.

femme enceinte

Le changement physique qui s’opère au cours de la grossesse s’accompagne d’un processus psychique nouveau déclenché par ce nouvel évènement dans la vie de la femme “allant devenant mère” (pour emprunter cette expression à Françoise Dolto).

L’enfant à venir a été plus ou moins désiré consciemment par les deux partenaires de cette conception, ce qui est sûr c’est qu’il l’a été au moins sûrement par la future mère. Le désir d’enfant était là présent en elle à ce moment là avec cet homme là…qui a rencontré le désir de venir à la vie de cet enfant aussi.

C’est parfois bien différent de ressentir ce désir d’enfant et de réaliser ensuite que l’on va devenir parent, mère à son tour, père à son tour. Prendre conscience de ce passage là peut donner lieu à des défections des deux côtés : renoncer et interrompre la grossesse du côté de la femme, renoncer et partir du côté de l’homme.

Au cours de sa grossesse, la femme va être polarisée psychiquement sur l’enfant à venir. Ce temps et ce processus psychique sont indispensables au bon déroulement de la grossesse . Cette capacité imaginaire va permettre de bien accueillir l’enfant dans la réalité le jour de la naissance. La femme, va donc s’imaginer cet enfant. Fille ou garçon, avec déjà des opinions et des apriori parfois, sur ses compétences à élever l’un ou l’autre, ceci en fonction bien sûr de son propre vécu d’enfant. Cette capacité imaginaire va aussi compenser la difficulté à pouvoir
assumer ce nouveau corps, qui pour un peu serait vécu comme étranger à elle-même.

Il existe un lien très fort entre la mère et l’enfant dès cette période de “gestation”, basé sur la capacité du fœtus à recevoir très tôt des informations aussi bien interne comme le rythme cardiaque , qu’externes comme les modulations graves de certaines voix, ainsi que le ressenti tactile perçu au travers de la peau de la paroi abdominale (découverte grâce à l’haptonomie). On sait que la voix est perçue par le fœtus sur sa peau comme des caresses.

Cette communication instaurée très tôt en entre la mère et l’enfant va donner à ce dernier cette garantie qu’il est porté et bien porté. Lorsqu’il naîtra à la vie, il “reconnaîtra” au dehors ce qu’il connaissait déjà au dedans. Cette communication intra utérine est un facteur favorisant cette capacité se sentir sécurisé chez le bébé. Le père a d’ailleurs aussi son rôle à jouer dès cette période, d’autant plus que sa
voix grave sera plus facilement perçu par le fœtus.

Il est tout à fait important de considérer ce temps de grossesse comme faisant partie de la vie de l’enfant. On constate d’ailleurs qu’un évènement dramatique mal “digéré” par la mère à ce moment là aura des répercussions dans la vie de l’enfant. Ainsi un deuil de la mère à son 6ème mois de grossesse peut refaire surface dans le psychisme de l’enfant à son 6ème de vie “extra-utérine”.

D’où l’importance de verbaliser, de bannir les secrets et les non dits à l’enfant, quelque soit son âge, lorsqu’il est concerné. Le mettre au courant des événements de sa vie, c’est vraiment le mettre à la place d’un sujet à part entière , sa place d’enfant à naître, né et allant devenant adulte un jour.

Lisez également

Partagez votre expérience

Required fields are marked*